vendredi 8 décembre 2017

La Lozère solidaire avec l'Aveyron pour une politique cohérente d'aménagment

Dans notre avis à l'enquête publique sur le transformateur de Saint Victor, programmé pour permettre le mitage éolien du Sud du Massif Central, nous avons parlé des "idiots utiles" qui disent n'importe quoi, sans avoir la moindre culture en matière d'économie, d'énergie, d'environnement, et dans ces "idiots utiles" nous avons aussi des élus qui écrivent n'importe quoi, et surtout haro sur les associations ou collectifs qui s'expriment démocratiquement.

Nous avons néanmoins des élus qui s'expriment clairement contre ce projet comme un ancien vice-président du PNR Grands Causses, et de nombreuses personnes qui développent des avis défavorables argumentés.

Il suffit d'aller lire les contributions sur le site numérique de l'enquête publique du transformateur de Saint Victor , et parmi celles-ci nous avons remarqué l'avis très détaillé de l'association des Robins des Bois de la Margeride . Nous vous invitons à lire cet avis en lien, il est très clair sur nos enjeux locaux, et sur les incohérences des choix d'aménagement que veulent nous imposer les décideurs locaux et régionaux. Mais aussi sur les incohérences entre le discours "bizounours" de sauver la planète de certains et nos pratiques consuméristes, que d'ailleurs de nombreuses personnes ne peuvent même pas se payer.

 Tous ces projets sont une question de pognon pour certains, comme c'est exprimé dans l'article récent de Ludovic Grangeon sur le site d'Economie Matin.

Bonne lecture

 Pour mémoire cette photographie de la Chaze de Peyre est sur le chemin de Saint Jacques, un mauvais projet éolien y est toujours en instruction. On n'en parle plus dans la presse, on préfère rappeler le coup de peinture sur un transformateur de 2 m de haut, mais rien sur un projet d'éoliennes de 150m de haut qui défigureraient nos espaces ruraux de montagne.

Le lobby électrique afin d'endormir les habitants, est efficace pour faire passer cet article dans le Lozère Nouvelle de ce 7 décembre 2017, mais si l'on veut informer correctement les lecteurs, il faudrait aussi leur faire savoir que très récemment une cour administrative a récemment annuler les autorisations pour un projet éolien"électrique" à proximité du chemin de Saint Jacques au motif d'atteinte au patrimoine d'un itinéraire inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Et à Peyre en Aubrac nombreux sont ceux qui connaissent cette inscription, c'est même  le moteur économique de la commune.

Cela ne nous empêche pas de reconnaître la qualité de l'oeuvre picturale de l'artiste ; dans nos petites communes c'est bienvenu, avec un peu de retard car cela se fait depuis le début des "Trente Glorieuses" en France.
Mais il n'est jamais trop tard.

Par contre pour l'éolien industriel, alors là nos élus ne sont pas en retard, bizarre, bizare!!!!

et ce rajout après 17h :
Nous avons mis en lien le site numérique de l'enquête, pour que vous puissiez lire les différentes contributions ; et bien depuis 17h elles ne sont plus consultables. Ainsi fonctionne notre démocratie, les avis sont publics mais ils ne sont plus consultables sauf sans doute pour le promoteur, qui lui aura encore le droit d'apporter des commentaires, qui en général comme nous le voyons en Lozère sont le plus souvent repris copie-collé dans les avis favorables des commissaires. Et tout ça pour un projet qui sera déclaré d'utilité publique, pour permettre l'évacuation de ces zones rurales de montagne, de la production de projets éoliens contestables, qui eux sont du pur privé très spéculatif.

mardi 5 décembre 2017

Encore 2 jours pour dire NON au transfo de St Victor

Dans notre message du 30 novembre nous vous avons fait part en fin de page de l'enquête publique pour le transformateur Sud Aveyron.

Nous avons transmis sur le site numérique de l'enquête, l'avis suivant ci-dessous :


" Messieurs les commissaires,



Comme dans toute enquête il y a des "idiots utiles" qui viennent raconter n'importe quoi, qui insultent les opposants, et qui motivent leurs avis favorables avec des termes qui ne sont que la reprise d'un discours général en France : il faut remplacer le nucléaire par l'éolien, il faut sauver la planète, il faut remplacer les filières à combustible fossile, etc.....

Je pense que vous aurez  de la  rigueur et la capacité d'avoir un recul indépendant sur un tel dossier.

Ne revenons pas sur le remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables, la récente décision de Hulot et surtout les réelles motivations techniques non exprimées officiellement sont claires à ce sujet, ne revenons pas sur le sauvetage de la planète par ces énergies renouvelables car nous sommes dans l'utopie et le discours de la peur, quand au remplacement des énergies "fossiles" il faut certes commencer à s'en préoccuper, mais le chemin choisi de prioriser les éoliennes industrielles est un faux choix économique, énergétique, industriel, qui ne fonctionne que par une politique de course en avant aux subventions, et qui à terme coûtera très cher à notre pays déjà très endetté.

Ce préambule est nécessaire car un des objectifs de ce présent projet  de transformateur est d'évacuer la future production d'énergie renouvelable du sud du Massif Central, dont l’essentiel  se portera sur l’éolien industriel.

Or ce projet fait l'objet d'une opposition locale, qui vu la fermeture des premiers lieux d'enquête est significative de divers problèmes locaux (absence de concertation préalable, atteintes à des espaces naturels et agricoles,.pression négative de l'éolien en Aveyron..) que vous ne pouvez ignorer ; et la délocalisation des enquêtes est aussi significative d'un problème d'absence de  démocratie qui a produit un projet contestable, surdimensionné et donc non acceptable par la population locale.

Sans débattre des problématiques environnementales locales que soulève ce projet,  qui  vu la puissance et la taille des équipements aura des impacts négatifs obligatoirement notables et certains, il y a en amont des éléments que vous ne pouvez ignorer et qui ont participé à la proposition de ce projet.

Tout d'abord les politiques des énergies renouvelables sur l'Occitanie ont été définies dans les Schémas Régionaux du Climat, de l'Air et de l'Energie (SRCAE) avec comme annexe les Schémas Régionaux de l’Eolien (SRE) , or ces schémas du Languedoc Roussillon et de Midi Pyrénées ont été annulés par les tribunaux pour insuffisance de prise en compte des paysages, et pour absence d'évaluation environnementale. Ces schémas ont été élaborés à minima en matière de concertation, et avec un manque total de réflexion sérieuse sur les problématiques environnementales des sous territoires de l'Occitanie, constat confirmé par les juridictions administratives.

Ces schémas encore n'ont pas affiché de façon sous régionale la répartition des objectifs de production des énergies renouvelables, affichage qui a été fait par les Schémas Régionaux de Raccordement Electrique.  Or ces derniers schémas ont été élaborés en absence totale de concertation locale, concertation qui n'a été faite que plus tard par les nombreux rendez vous de RTE avec les collectivités locales comme par exemple en Lozère, pour expliquer la politique de RTE et les projets de renforcement des réseaux.



Le présent projet se justifie à partir de choix énergétiques et techniques qui résultent d'un travail en chambre, sans concertation publique et qui en particulier s'appuie sur des documents régionaux qui n'ont plus de valeur juridique, et qui sont contestables sur le fond comme le reconnait les juridictions administratives.

En tant que Lozérien, ce projet peut avoir des incidences négatives sur les exceptionnels territoires naturels du département, car en effet le renforcement de la capacité des réseaux dans la zone d’influence de ce transformateur, va accélérer la pression des promoteurs éoliens pour venir ériger des monstres mécaniques dans nos territoires ruraux de montagne.

En tant que professionnels vous ne pouvez ignorer le rapport sur l’éolien de l’Académie des Beaux Arts, et vous devriez y lire l’excellent texte de Claude Parent qui à lui seul justifie le refus du mitage éolien dans les espaces du Sud du Massif Central. Refus exprimé clairement par l’assemblée départementale de la Lozère et par le syndicat mixte de préfiguration du PNR Aubrac.

En tant que professionnels vous ne pouvez  valider une enquête dont le déroulement est contestable, et un projet dont les fondements sont eux aussi très contestables , et un projet qui va favoriser un mitage progressif industriel très négatif des espaces ruraux de montagne sensibles du sud du Massif Central, sans avoir préalablement vérifier ces incidences au titre des articles réglementaires de la loi Montagne.



En conséquence je ne peux qu'exprimer un avis très défavorable sur ce mauvais projet.



Avec mes salutations

Pour l’association Collectif Terre de Peyre

Le Président

Noel Ducret  "

 Cet avis vous pouvez le retrouvez sur le site numérique de l'enquête, en allant cliquer sur "consulter les contributions".

Mais comme toujours l'union fait la force, et si vous ne voulez pas voir nos espaces du Sud et de l'Ouest Lozère pourris par le mitage éolien, il vous faut faire part de votre avis défavorable à ce projet, qui n'a pour seul but que de permettre l'évacuation de la production des futures éoliennes du sud du Massif Central, pour le grand bonheur de certains banquiers, promoteurs et quelques propriétaires fonciers. En aucun cas nos espaces ruraux de montagne n'ont besoin de cet équipement, qui est sorti d'un chapeau depuis quelques années face à la pression du lobby éolien.
Ne transformons pas nos espaces en futur Levezou, pour produire une électricité fort chère soutenue par une taxe sur nos factures d'électricité, et vendue à perte par EDF sur les réseaux des agglomérations et l'Espagne
Vous avez jusqu'au 8 décembre pour  exprimer un avis défavorable à ce projet 

 La carte de la zone d'influence de ce projet de transformateur concerne bien le sud du Massif Central


lundi 4 décembre 2017

Un peu de lecture en Lozère pour ne pas mourir idiot

Tout d'abord si vous aimez l'humour et le bon sens  lisez le bulletin de Thierry Levant "La reine des neiges s'éclate". L'auteur a un site d'information intéressant "Lecolocritique".

Il fait aussi partie du groupe d'information du collectif des climato-réalistes, qui apportent des compléments d'information permettant de ne pas mourir idiot face au rouleau compresseur du discours dominant politique sur le climat , discours qui n'a rien de scientifique, mais qui cherche à alimenter les peurs, pour faire accepter des politiques qui sont loin d'être judicieuses, et qui devraient être adaptées aux réalités climatique, économique, énergétique, technique, environnementale.

A ce titre d'une politique jouant sur un catastrophisme erroné, nous vous invitons à lire l'article de "Contrepoint" sur la COP 23. En fait on prend l'argent aux pauvres par une taxe sur l'électricité, par des subventions sur le financement d'équipements énergétiques (production, stockage, réseaux,...), pour dans un circuit bancaire bien rodé permettre de faire fortune à certains.

Et nous vous rajoutons cet article de ce début décembre d'Economie Matin"

Et nous vous en rajoutons un autre de "Contrepoints" en cette période de grandes réunions qui font beaucoup parler les médias, mais ne résolvent en rien les problématiques actuelles mondiales COP 23, Obama et les Napoléons, future réunion Make our planet great again,...)

Et pendant ce temps en Lozère la seule marge de développement économique est liée à la capacité d'attraction touristique de nos sites naturels, de nos vastes paysages, de nos espaces ruraux de montagne ; et il faut sortir des affirmations comme quoi le mitage éolien est sans incidence sur le tourisme. Nous vous engageons à ce sujet  à lire l'étude réalisé par l'association des gites ruraux de l'Indre. Chez nous pour l'instant les professionnels du tourisme sont muets sur le sujet, alors que nous avons régulièrement des articles sur la politique de développement du tourisme par le département. Cherchez l'incohérence!!!!! On connait la chanson : Paroles oh paroles, paroles.......

En Lozère nous avons souvent des ciels bien plus lumineux que les réflexions de certains de nos décideurs. Et nos ciels étoilés encore peu pollués font aussi partie de notre patrimoine à préserver.

Et on ne pourra pas dire "on ne savait pas"